Quelques Personnages du passé


 

Chacun a son opinion sur quelqu’un. En ce début de siècle, beaucoup ont été dits mais seuls les écrits restent. Jugé la vie d’une homme, c’est montrer ses défauts et ses qualités en comparaison avec ses semblables et avec recul Mais quelque soient leurs fait, c’est ce qu’ils ont apporté aux Hortillonnages qui comptent. Sans eux le site aurait eux moins eux d’attrait, c’est évident.

 

Raymond Goût

La véritable âme hortillonne

 

                   Si on devait vousRaymon Goût présenter une seule personne qui a connue et entretenue les hortillonnages au mieux, c’est bien ce monsieur. De nature très discrète, il fût le président de l’Association dîte forcée de 1902 pour le Curage et le Faucardement des canaux d’hortillonnage en amont d’Amiens mais surtout membre physiquement très actif visant à l’entretien des rieux depuis toujours. Pendant que d’autres blablataient devant les caméras, s’arranger à récupérer le site pour leur prestige personnel et couraient à la subvention et aides en tout genre, c’est lui et son équipe qui arpentait sans relâche le site pour le rendre praticable et pour le faucarder bien avant le projet Lunapark et la Rocade, avec quelques soient les moyens dérisoires et archaïques qu’ils employaient. C’est bien tous ces gestes non médiatisés qui sont à l’honneur.

Raymond Goût

Raymond Goût avec un de ses « lieutenants »

Ce fils d’hortillon proche de la Neuville devenu maraîcher par la civilisation mécanique cette personne a passé plus de temps sur les rieux et les aires que n’importe qui. Depuis l’enfance, ce lieu était sa vie et si on lui avait fait le bonheur de vivre ses derniers instants d’existence sur son aire, ou un rieu, çà aurait été pour lui le plus beau des miracles.

C’était le Monsieur Hortillonnages qu’il fallait rencontrer, s’il vous sentait bien sûr. C’est donc aussi avec un grand regret que cette mémoire vivante est morte cette année 2015. C’était le Capitaine des Hortillonnages, titre de responsable anciennement dévolu à ceux qui permettait au site de survivre pour servir l’intérêt général. C’est une personne à ne pas oublier, c’est des témoignages et une stèle à ériger.

 A voir également lors d’un reportage du Courrier Picard page 1 page 2

 

 

Nyssim Pelossof

Le médiatique Nisso

 

 images         Propriétaire mais ni fils d’hortillon ni d’origine picarde mais ayant déjà écrit sa propre biographie, la discrétion n’étant pas son fort. Il est intéressant de voir Nisso de témoignages extérieurs et de personnes qui se sont également opposés à lui car tout n’a

pas été joli, joli, loin de là. Cependant quand vous avez le verbe, la belle figure et pignon sur rue avec un studio photo, on oublie malheureusement les actes et intentions déviantes de l’homme. Pour cela une analyse des archives journalistiques s’imposent et c’est à chacun de forger son opinion avec recul bien sûr.

Quoi qu’il en soit il y a une chose qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est le fait d’avoir permis aux hortillonnages de se faire connaître grâce aux aux visites et interventions médiatiques , mais aussi d’avoir transformé le site en proposant des berges à bas coût aux personnes les reniant efforts physiques ou pour raison d’âge.

Nisso

Le livre autobiographique de Nisso

Mais par contre répéter sans cesse qu’on a fait les camps de concentration et émouvoir ainsi son interlocuteur tout en récupérant le monopole de la souffrance humaine non et puis surtout récupérer le site à son image tout en négligeant ceux qui l’embellissent ( les 1200 propriétaires) et qui paient des impôts eux (locaux, fonciers et barques) et en profiter pour assurer ses tours en barque, encore moins. Tout cela faisant le jeu d’Amiens Métropole ne l’oublions pas. Amiens se doit de montrer une belle image avec l’ajout de tours en barque près de la cathédrale, l’argent du touriste faisant l’enrichissement des restaurateurs, des logeurs et autres activités touristiques. C’est la face noir du Nisso et çà l’a resté jusqu’à la fin.

Dans une optique de bon sens une seul et unique syndicat aurait du naître réunissant l’ensemble des acteurs du site (propriétaires d’abord, maraîchers, tourisme, activités de loisirs) dans une action concertée, pas jusqu’à 4 comme dans les années 1990 !

« Sans bras »

Ch’Tireux du chemin de Halage

 

          images   De son vrai nom Fernand Poulet. Une vie des plus rudes et qui a durablement marqué la communauté hortillonne. En 1894, à 13 ans , le pauvre Fernand a le bras emporté ainsi qu’un morceau d’épaule dans la teinturerie Dupetit. Dans l’impossibilité de travailler à l’usine, il vient à traîner du côté du marché sur l’eau, alors très prospère, quai Parmentier.

Dès lors, il apprend à manier l’aviron d’une seule main et sa force peu commune fait sa réputation.En « décotant » ( naviguant) avec son bras valide, il forme un train de cinq ou six bateaux vides en amont du Sport Nautique. Une fois là, il descend à terre, enfile une sorte de harnais de cuir ou est attaché une solide corde qui le relie au convoi et … han ! Même sous le vent contraire, par le chemin de halage, le voici qui remonte ces cinq ou six bateaux jusqu’aux hortillonnages ou les propriétaires viendront le récupérer. Malgré une vie de forçat, cette personne est morte à 85 ans.

Sa veuve a vécu rue des coches mais une maison misérable ou elle a déchargé des mannes toute sa vie. Témoignages de longues existences passées à travailler dur, sans se ménager, très respecté, Sans Bras est bien l’incarnation type d’un caractère hors du commun. Plus d’un hortillon devaient être encouragés à redoubler d’efforts sur son aire en voyant la détermination d’un « Sans Bras ».

 

 Quelques Personnages pittoresques

 Les Robinsons d’hier et Andrée l’Hortillonne

 

Les robinsons crusoe 2Et puis bien sûr vous avez des originaux, faute de mieux. Par exemple, c’est la famille Jacquemin qui s’installa dans ces petits cabanons, débarrassés de l’ambiance d’un mauvais Les robinsons crusoequartier. Leurs combines le chauffage en priorité, groupes électrogènes en tout genre, une fontaine tapée de leurs propres mains à 8m pour l’eau courante et les rieux comme fosse septique malheureusement et pou finir un chien de garde procure leurs sécurités…superflu car ils étaient les seuls résidents à une centaine de mètre à la ronde. C’est ainsi que malgré le P.O.S., vous aviez 3 familles qui vivaient toujours au grand air parce que … çà valait le coup !

 

 

Andrée l'HortillonneEt puis Andrée Desprez, irréductible , qui dès 14 ans a toujours biné dans les hortillonnages, reprenant parmi les derniers, le métier difficile de ces parents. Se mariant à un hortillon, malgré çà elle n’a pas obligé ses enfants à reprendre le métier. Sans camion, son moment de vente se réduisait au marché sur l’eau du samedi. Travail d’une vie mais l’amour du métier, voilà les lignes de cet article.

 

 

2 Commentaires

  1. leconte marianne

    bonjour je suis la petite fille de monsieur poulet fernand dit sans bras que j ai bien connue pendant mon enfance pour nous c etait un grand pere comme les autre avec plus admiration bien cordialement

    Répondre
    1. Nicolas (Auteur de l'article)

      Bonjour M.leconte, si vous souhaitez nous contacter pour en savoir plus sur votre aieux, envoyez moi un email à niocke.nicolas@laposte.net
      Bonne journée à vous

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *