Les Guides Bateliers de la Maison des Hortillonnages

                          Ah les bons guides de l’Association de Sauvegarde ! Une bonne brochette de bateliers comme on dit chez nous. Que des picards, des vrais. Vous les rencontrerez et surtout chacun a son style, c’est pour çà également que les gens reviennent également . Ils travaillent 6 mois et demi de l’année, 6 jours sur 7 (et certains qui restent même le 7 ème jour dans site) et travaillent en haute saison de 10h à 20h00. Vous l’avez compris répéter 10 à 12 fois la même chose par jour quand vous avez près de 1300 personnes, çà demande de l’endurance mais aussi surtout de l’écoute et parfois aussi de la fermeté ( des clubs de motards, des ados turbulents ou des personnes éméchés ). Mais quoi qu’il en soit dans un bateau à 12 personnes, vous pourrez poser toutes les questions que vous souhaiterez mais faites attention car les 45 minutes passent vite, très vite. Bref l’ambiance entre les bateliers est très bonne contrairement à leur direction mais c’est une autre histoire… Nous refairons la réputation du bureau avec preuves et témoignages à l’appui dans un cadre légal bien sûr. L’époque Nisso étant belle et bien résolue.

DSCF2450

Carole  » You are going to board! »

Alors commençons par le commencement, voici Carole hôtesse et comptable de l’association vous ne la verrez pas toujours à l’accueil, c’est Martine le plus souvent mais vous vous souviendrez de sa bonne humeur contagieuse et son enthousiasme. A noter que Carole depuis 2014 est notre batelière de secours, chapeau bas. Son rire porte a des kms, elle vous réveillera lorsque vous attendrez trop longtemps…

 

 

 

 

Alllllah Alain

Alain en plein départ

 

Par la suite vous avez Alain, » Allllah » ou « Aladin », non Alain n’est pas musulman c’est un vrai amiénois d’Henriville mais comme chaque bateliers aiment se vanner à chaque départ, chacun à sa part. Alain, c’est notre play boy, vous le voyez souvent sur les reportages vidéos et autres photos. Il est très gentil et avec ces tongues pour ne pourrez pas le louper

 

 

 

Notre capitaine Fabrice

Fabrice place ses moussaillons

Puis Fabrice dit le « Capitaine ». Ancien militaire et motard Fabrice est revenu dans sa picardie natale, pour rester dans la marine « d’eau douce ». C’est un amoureux de la Picardie, s’intéressant particulièrement à son terroir, ses mœurs, ses coutumes. Par sa taille, sa casquette de marinier et sa voix qui porte, inloupable.

 

 

 

 

Jibé

JB, lunettes découvertes

JiBé et ses lunettes de soleil, alias Jean Baptiste, notre médiéviste sportif et beauvaisien. Vous le reconnaîtrez avec sa gaffe moyen – âgeuse ( chaque batelier a la sienne ). Il emporte des journalistes avec plaisir également. Sur sa barque, le Tournet, même les anglophones seront aux anges car Jibé est dans le secteur du tourisme depuis, ouch. Il dit jamais non pour un barbecue lui aussi.

 

 

Notre bon rémy avec René

Rémy en compagnie de René

Rémy, le bon Rémy, çà fait plus déjà depuis plus de 20 ans (et une belle médaille du travail en prime) qu’il est à l’association. Ancien résident du quartier hortillon de la Neuville, c’est avec Rémy que vous connaîtrez l’histoire du site, l’époque Nisso et tout le tralala. Rémy adore les blagues et pêcher.Si parfois vous voguez du côté de la Neuville vous le verrez sur sa barque, canne à la main.

 

 

 

PierreYves

Pierre Yves sans souci

Pierre Yves, parfois surnommé PY, nous fait toujours rire lors d’un départ car vous savez chaque batelier a ses déformations professionnels et pour baptiser chaque départ, vous entendrez : « Et c’est parti sur un rythme endiablé » (très drôle quand vous avez une barque du 3ème âge). En balade, il monte souvent les bras au ciel pour montrer la satisfaction qu’il a du lieu.Pierre Yves c’est notre troubadour, c’est un bon guitariste et parfois il flâne du « Grand Wazoo », un fameux café concert d’Amiens.  Bref c’est Pierre – Yves.

 

 

Hubert et Cathy

C’est l’heure de manger pour Hubert

HubeHubertrt ou Humberto comme Carole aime l’annoncer à l’accueil est un résident du site sur le chemin de Halage et possède également une parcelle sur le parcours. Si vous souhaitez savoir comment çà se passe dans le site avec ses personnages, ses règles, ces droits , Hubert comme Rémy et Roger sont de très bons informateurs. C’est chez Hubert que l’on fait des barbecues avec plaisir ou que l’on mange également entre bateliers.Cà se peut également que vous rencontrez Chipie, un gentil braque et Cathy, son épouse au rieu de la Basse Boulogne.

 

 

Roger

Roger, la médaille!

Roger, dit « le Boss » est notre plus ancien batelier avec Rémy. Pêcheur invétéré, notre Roger est très souvent dans les hortillonnages pour assouvir sa passion. Il a enfin reçu sa médaille du travail, amplement mérité et durement obtenue ( le bureau toujours). Roger possède égalementHubert une parcelle sur le parcours, qu’il entretient avec amour. Roger connaît quasiment tous les gens du parcours et c’est donc avec plaisir que les gens lui font signe. Vrai amiénois du quartier Saint Pierre et grand blagueur, vous prendez du plaisir sur l’abreuvoir, sa barque.

 

Les très regrettés

 

René et Carine

Karine, après déjeuner

Karine, notre « batelier femelle » qu’on aimait parfois la nommer, a été la seule guide batelière ( allez çà se dit) de notre groupe très masculin. Amiénoise depuis toujours, très sérieuse et très sportive, l’ensemble des bateliers ont toujours eu beaucoup de respect et l’ont surtout défendue. Bref c’était notre Karine mais à la suite d’un problème de santé, le bureau a décidé de la « virer » malgré une très belle fin de saison 2014 (témoignages à l’appui) Tout CDD peut être non renouvelé mais quand vous voyez quelques genre de comportement décide au Bureau. Une Décision clairement injustifiée montrant l’ignorance et l’inhumanité de ses représentants.

 

 

René le meilleur

René le phénomène

René, le meilleur. C’est vraiment dommage que René est pris sa retraite en 2013 parce que beaucoup de visiteurs se souviennent encore de lui, de sa barbe et surtout Notre bon rémy avec Renéde ces vannes plus au moins osées. Un phénomène, vraiment. Qu’est-ce qu’on a pu rire avec lui. Mais René n’était pas qu’un clown. C’était aussi un botaniste, qui vous sortez le nom latin de la fleur, ces particularités. Si vous souhaitiez vous instruire sur les plantes, c’est René à qui il fallait s’adresser. Tu auras ton nom au cimetière des bateliers René.

 

 

 

Sylvain la Pause

Sylvain , la pause

Sylvain au branchementSylvain, dit « Vainvain » ou le bouddha éveillé. Quand vous voyiez Sylvain au premier abord, vous vous disez : lui c’est un pervers avec ses lunettes et sa chemise mais quand vous ressortiez, vous étiez ravi. Des gens envoyaient des lettres à sylvain tellement leurs promenades avaient été mémorables. Sur le livre d’or, les éloges étaient nombreuses. C’est avec son humour très personnel, bourré de sous-entendus et tout en étant sérieux que les gens en pleurer de rire et le tout avec une grande courtoisie. Je suis sûr que les bateliers et surtout Roger le regrette amèrement. Alors que s’est – il passé ? A la suite d’un décès d’un proche ( dont 2 membres « compatissants » du bureau ont assisté), de tristesse Sylvain a été obligé d’arrêter de travailler en ce début d’année, puis s’est repris et a très bien fini la fin de saison. Verdict : viré ! Après près plus de 8 ans de bons et loyaux services.Quand compassion rime avec hypocrisie vous comprenez mieux les membres du bureau. On se demande bien quelle personne aurait dû être virée.

 

Et moi, Nicolas, bon se faire un autoportrait, je trouve çà plutôt vaniteux. Alors interroger les bateliers et demandez leurs opinions. On n’est jamais mieux juger que par ces collègues de travail ou les visiteurs. Ce sont bien les personnes avec qui on passe le plus de temps.

 

A ne pas oublier

 

 

  A l’époque du président Nisso Pelossof, les guide – bateliers avaient une augmentation régulière de la barque payée du à l’inflation de la vie comme tout salarié. Mais depuis sa mort et l’élection de son nouveau président Jacques Leullier aucune augmentation n’a été acceptée (pourtant sans cesse répéter en réunion par les bateliers ) depuis 7 ans ! Ainsi sous le couperet du CDD, et ayant comme seul revenu ces 6 mois et demi d’activités, l’appauvrissement s’est accentuée.

Alors n’hésitez pas à donner une pièce ( vous ne verrez pas la différence sur votre prochaine course) car c’est bien grâce aux pourboires que ceux – ci peuvent faire vivre leur famille. Et n’hésitez pas à dénoncer cet état de fait de fait sur le livre d’or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *