Ahh « Grand-mère à Farine », une guinguette pour adultes

les-maisons-closes-parisiennes-des_1-diaporama
Grand mère a F

Entre la Somme et la l’Avre

Dorénavant bordés de deux restaurants, à l’époque les hortillonnages étaient renommées pour leurs guinguettes: Ach Coucou, le Préporus, etc. Mais il y en a une, en ruine que ché picards du coin appelé drôlement  » Grand-mère à Farine « .

e38d73127a-AMIENS CATHEDRALE037

En 40, l’occupation allemande après la BlitzKrieg

Vous savez « Grand mère à Farine », ce bâtiment blanc désaffecté entre la Somme et l’Avre. Quand on y regarde bien, on se dit que c’était une sorte de maison éclusière, ou un bâtiment désaffecté des services fluviaux. Que ni ni, car « Grand mère à Farine » n’était d’autre que la tenancière d’un lieu de plaisir, qui était sans l’avouer Le bordel des Hortillonnages lors de la seconde guerre mondiale, où des filles de joie prenaient le soleil au milieu des cygnes . Imaginez donc dans ce lieu enchanteur, les soldats de la Wehrmacht qui après avoir fait un petit tour sur l’étang de Clermont remontaient la Somme pour recevoir des massages bien mérités. bon on sait bien que les terres d’ici sont d’une grande fertilité mais quand même. On ne sait pas si cette situation perdura jusqu’ en 1946 voir au-delà , date de fermeture des maisons closes en France.

la terrasse

Le balcon de Grand-mère à farine

Quoi qu’il en soit aujourd’hui  » Grand-Mère à Farine » se repoudre le nez car l’édifice est en rénovation. Ce qui est une bonne chose. Mais qui sait un jour, son nouveau propriétaire renouera peut-être avec la tradition en ouvrant un sex shop ou les cars du Crazy Horse, du Lido viendront s’arrêter pour immortaliser leurs passages, un passage sur le balcon de Grand-mère à Farine, bien sûr.

Si toutefois vous avez des témoignages ou archives d’époque , n’hésitez pas à laisser un petit commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *